Flash
Préc Suiv

Protection sociale  : la réinsertion des sans-abri de la capitale en perspective

Protection sociale  : la réinsertion des sans-abri de la capitale en perspective

Elaborée l’année dernière, la Politique nationale de protection sociale (PNPS) devrait, à partir de cette année accoucher d’actions concrètes en faveur de quelque 1.750.000 bénéficiaires, sur les cinq années de sa mise en œuvre, à travers des programmes visant à augmenter les revenus des plus pauvres et à améliorer leur accès aux services sociaux de base. La réalisation et le financement de cette politique dans son ensemble seront à l’ordre du jour de la prochaine « Conférence des bailleurs » qui sera organisée prochainement par le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF).

Dans le cadre de la mise en œuvre de la PNPS, la réinsertion des sans-abri de la capitale, qui demeure jusqu’à ce jour un éternel défi à relever, figure parmi les perspectives du ministère de tutelle pour l’exercice 2016, selon un communiqué diffusé avant-hier. Il faut reconnaître que le défi est de taille pour ce département ministériel, dans la mesure où l’augmentation en nombre des sans-abri dans la capitale demeure un phénomène incontrôlable. Ils sont présents dans presque tous les quartiers de la capitale, notamment sur la colline au-dessus du tunnel d’Ambanidia, aux abords du tunnel d’Ambohidahy, à Behoririka, à Analakely, à Ambodivona, à Ampefiloha (La Réunion kely), ou encore à Mahamasina… D’ailleurs, les tentatives de réinsertion des sans-abri déjà menées par les autorités compétentes ont toutes été vouées à l’échec puisque la majorité des gens qui arrivent dans les localités de migration les désertent pour rejoindre la capitale.

Andranofeno-Sud, un exemple à suivre

Néanmoins, le MPPSPF, en partenariat avec d’autres entités et départements ministériels a réussi à recaser une centaine de familles, devenues sans-abri suite aux inondations qui ont sévi dans la capitale au début de 2015, à Andranofeno-Sud dans le district d’Ankazobe. Une école, un centre de santé de base, un marché, des terrains à cultiver, ainsi que des matériaux de construction sont mis à la disposition des quelque 110 familles appelées à construire elles-mêmes leurs nouvelles maisons dans ce village communautaire, actuellement en chantier. En partenariat avec les autres ministères, des travaux d’adduction d’eau potable et de construction de centre de formation professionnelle ont également été entamés, de manière à améliorer autant que faire se peut les conditions de vie des familles nouvellement installées, ainsi que celles des 35.000 habitants des 12 fokontany avoisinant Andranofeno-Sud.

Notons que le MPPSPF procèdera cette année à l’identification d’autres sites communautaires à redynamiser.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.