Flash
Préc Suiv

Viande de zébu : hausse continue des prix

Viande de zébu : hausse continue des prix

Le prix du kilo de viande, toutes origines confondues n’a cessé d’augmenter sur le marché intérieur, tout au long de l’année 2015. L’offre ne suit plus la demande en raison des activités d’exportation des sociétés asiatiques ces dernières années, annoncent les opérateurs dans cette filière.

Les étals des bouchers dans la capitale affichent sans cesse des prix à la hausse depuis le début de l’année. Un boucher au marché de Behoririka affirme qu’il y a eu trois hausses du prix de la viande de zébu en 2015. «Au début de l’année, le prix du kilo de zébu était de 7 800 ariary, celui-ci est passé à 8 000 ariary au mois de juillet. La dernière hausse remonte à la semaine dernière, le prix du kilo de viande de zébu se vend à 8 400 ariary actuellement. Mais ce prix peut aller jusqu’à 10 000 ariary chez certains bouchers comme au marché d’Analakely en cette période de fêtes», nous a expliqué ce boucher.

Selon les explications des détaillants dans la capitale, la viande de zébu est de moins en moins disponible ces dernières années. C’est ce qui explique en partie cette hausse continue de prix. Un grossiste d’Anosizato qui approvisionne en viande plusieurs bouchers de la capitale affirme que le nombre de zébus qu’il peut commander a connu une nette réduction. «Si auparavant, un camion chargé de zébus par jour passe par l’abattoir, cette fréquence a baissé, les zébus n’arrivent plus que tous les deux jours, et cela connaîtra encore une baisse durant la période de fortes pluies à partir du mois de janvier, vu que l’état des routes rend difficile le transport des zébus. Par conséquent, nous somme très loin de pouvoir satisfaire les besoins de la capitale», a expliqué notre interlocuteur.

Un lien avec les activités d’exportation

A noter que les zébus consommés à Antananarivo proviennent pour une grande majorité de la partie sud de l’île, notamment de Tsiroanomandidy et surtout d’Ambalavao. Si le ministère de l’Elevage affirme que l’exportation de zébus vers la Chine n’affecte pas la consommation locale, les opérateurs dans cette filière soutiennent le contraire. «C’est surtout à Ambalavao que les ravitailleurs de la capitale s’approvisionnent. Depuis l’ouverture des exportations de zébus, ces acheteurs locaux doivent faire face à la concurrence des opérateurs chinois qui accaparent la grande majorité de la marchandise. Il est clair que ces exportations sont l’un des principaux facteurs de la baisse de la production, et de la hausse continue des prix sur le marché local», a expliqué un boucher détaillant dans la capitale.

En tout cas, la hausse des prix entraîne une baisse considérable de la consommation de viande de zébu chez les ménages malgaches. Les données du Réseau des observatoires ruraux (Ror) du Plan d’action pour le développent rural (Padr) montrent que la consommation de viande, toutes sources confondues, est seulement de 5kg par habitant par an.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.