Flash
Préc Suiv

Décentralisation  : le ministère entend poursuivre sur sa lancée

Décentralisation  : le ministère entend poursuivre sur sa lancée

Garder les acquis et poursuivre les efforts accomplis. Tels sont les mots d’ordre du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation pour cette année. C’est ce qu’a fait savoir le premier responsable de ce département, Olivier Solonandrasana Mahafaly, lors d’une conversation téléphonique, hier. «Plusieurs réalisations ont déjà été accomplies l’année dernière concernant la décentralisation et cette année nous allons poursuivre ces efforts en mettant l’accent sur l’égalité de traitement des élus locaux», a-t-il expliqué.

D’après ce membre du gouvernement, les axes d’intervention de son ministère pour concrétiser la décentralisation effective s’articulent d’ailleurs autour des responsables locaux. «Cette année, il y aura un renforcement des capacités des maires afin que tous les élus locaux se trouvent sur la même base et auront les mêmes acquis. Cette démarche vise à avoir des responsables sur un même pied d’égalité et, par la même occasion, à améliorer les ressources propres des collectivités afin de parvenir au développement», a-t-il détaillé, tout en indiquant qu’«il est faux de dire que l’Etat ne donne pas suffisamment de ressources aux collectivités». Si l’on en croît ses explications à ce propos, des responsables au niveau des collectivités territoriales décentralisées (CTD) n’exploitent pas suffisamment les textes réglementaires alors qu’il existe des points à saisir. «C’est pour cela que les renforcements des capacités sont importants. Il faudrait désormais que les acquis à ce niveau soient palpables par la population», a noté le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation.

Critique

La décentralisation effective a été l’un des thèmes de campagne de l’actuel Chef de l’Etat, du temps où il était candidat à la présidentielle. Depuis sa prise de fonction, plusieurs textes à cet effet ont aussi été soumis au Parlement par le gouvernement. Cependant, des observateurs doutent encore de la volonté de l’Etat à aller de l’avant. Et ce depuis le vote de la loi de Finances 2016 où le budget alloué à la décentralisation est loin de faire l’unanimité. Contacté par un collègue à ce propos, l’ancien ministre de la Justice, Anaclet Imbiki a été plus que critique. D’après lui, «La décentralisation dans les provinces et les régions n’est pas effective alors qu’elle devrait être prioritaire. Il faut noter que le budget alloué à la décentralisation n’est que de l’ordre de 1 à 2%  du budget de l’Etat. Ce n’est pas avec cela qu’on pourra développer le pays». Du chemin reste donc encore à faire de la part de l’Etat pour réaliser l’effectivité de la décentralisation tant attendue par les citoyens. «Il est vrai que nous pouvons faire mieux et nous allons d’ailleurs nous y atteler», a déclaré hier Olivier Solonandrasana Mahafaly.

Du reste, pour ce qui est de l’administration, le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation entend garder les acquis de l’année dernière dans l’instauration de la bonne gouvernance et la lutte contre les fraudes, ainsi que la corruption. «Nous avons initié le passeport, la carte grise et le permis de conduire biométriques. A notre niveau, l’amélioration de l’administration se poursuivra», affirme le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation.

Jao Patricius

Les commentaires sont fermées.