Flash
Préc Suiv

Santé – Antsirabe : le CRMM souffle ses 60 bougies

Créé le 5 janvier 1955, à une époque où Madagascar n’a pas encore recouvré son indépendance, le Centre de rééducation motrice de Madagascar (CRMM), le seul dans son genre en Afrique de l’est, a soufflé ses 60 bougies le 31 décembre 2015. A noter que le lancement officiel de cette célébration a été effectué le 22 décembre dernier et les manifestations y afférentes ne prendront fin qu’au mois de mars 2016 prochain.

Comme son nom l’indique, le CRMM est un établissement spécialisé ayant pour mission de prendre en charge les personnes atteintes d’un handicap moteur. Ainsi, le centre comprend 5 sections dont la consultation externe, la rééducation fonctionnelle, la chirurgie, l’appareillage fourni sur place et la scolarisation spécifique des jeunes handicapés jusqu’à 18 ans. Pour dire que le centre est doté d’une EPP et d’un CEG.

Depuis sa création, des milliers de personnes, jeunes et moins jeunes, malgaches ou étrangers handicapés ont bénéficié des soins du centre. D’après l’actuel médecin-chef, le docteur Bonaventure Emilien Rakotonandrasana, les infrastructures d’accueil du CRMM sont aujourd’hui vétustes. Il en est de même des appareils et outillages nécessaires à la chirurgie et aux autres interventions. « Un tel centre devait être mieux équipé en cette ère de la mondialisation », a-t-il expliqué. A l’occasion de ce jubilé, les responsables du centre lancent donc un message fort à l’Etat.

Mais ce 60è anniversaire du CRMM d’Antsirabe revêt aussi d’autres objectifs, entre autres faire connaître l’existence du centre, son fonctionnement et ses besoins en  médicaments. D’après le docteur Bonaventure Emilien Rakotonandrasana, nombreux parmi nos compatriotes ignorent encore l’existence du centre, alors qu’il est là depuis plus d’un demi-siècle déjà. A noter aussi que le député de Madagascar élu dans la circonscription d’Antsirabe-II a offert la somme de 200 000 ariary, et le maire de la commune urbaine d’Antsirabe 2 tonnes de ciment.

Jeannot Ratsimbazafy

Les commentaires sont fermées.