Flash
Préc Suiv

Bonne année !

Bonne année !

Des perspectives, il y en a tant en ce début de l’année 2016. Des visions qui différent d’une personne à l’autre, selon leur domaine d’intervention respective, mais concordant ensemble vers des objectifs communs comme la paix, la stabilité politique et bien évidemment la relance économique, sans oublier la sécurité, point de départ et condition sine qua non de développement. A vrai dire, le même engouement et le même optimisme ont été enregistrés vers le début de l’année 2015 et en termes de bilan, il y a toujours des hauts et des bas. « Des efforts ont été entrepris et malgré tout beaucoup reste à faire », c’est ainsi que chacun essaie de voir l’avenir en rose à chaque rapport. Pour dire que le Nouvel an se présente toujours comme une aubaine à saisir pour donner corps aux différents projets en vue.

Et autant dire que personne ne manque d’imagination sans pour autant être sûr de sa réelle concrétisation. Certains notamment les opérateurs privés, pensent que cette année devrait être exemplaire en ce qui concerne le dialogue privé-public. Pour dire que si la pratique de 2015 en la matière, jugée à sens unique sera encore de mise, le développement du pays reste sans cesse hypothétique. A ce propos, des efforts concrets venant de l’Etat sont à attendre. A en croire les acteurs et les parties prenantes, 2016 présente plusieurs opportunités à saisir, si l’on ne parle que du déblocage des financements par les bailleurs de fonds. En un mot, 2016 sera sans conteste l’année du financement au sens propre du terme.

Quant aux autres, sans stabilité politique, il ne faut pas rêver. Un point qui a fait couler beaucoup d’encre, mais qui au fil du temps, a connu un certain compromis entre les pouvoirs exécutif et législatif. Si la loi de finances 2016 a été adoptée, c’est parce que les deux parties par le biais du fameux mémorandum de stabilité ont trouvé une sorte de consensus. Et plus d’un espère que cette année se déroulerait sur la même physionomie, malgré tout.

Pour la population, l’inflation en 2015, les ordures et le mauvais état des routes sans parler de l’insécurité, non seulement dans les chefs-lieux de province, mais aussi et surtout dans les régions éloignées et enclavées sont certes à ne plus revivre et endurer cette année. En tout cas, l’heure est aux vœux et souhaits. Que 2016 soit une année de ceci et de cela et que vu le programme de tout un chacun, notamment de l’Etat, sans conteste, après les rudes épreuves endurées et les actions inachevées, ce nouvel an sera…

R.A.

Les commentaires sont fermées.