Liste électorale : une liste additive en perspective

La présidente de la commission électorale nationale indépendante, Béatrice Atallah, insiste qu’ « aucune révision de la liste électorale existante ne sera plus possible actuellement ». Elle a rappelé cette affirmation hier en marge de la cérémonie de publication des résultats provisoires. Aucune retouche de la liste électorale actuellement n’est plus prévisible, selon toujours Béatrice Atallah. Une nouvelle inscription résultant d’un nouveau recensement n’aura pas ainsi lieu. Par contre, il s’agit pour la commission électorale de « confronter les noms inscrits dans les carnets de recensements des agents recenseurs, détenus au niveau des fokontany, à ceux des inscrits dans la liste électorale » selon Béatrice Atallah. Une liste additive est donc à établir en perspective, d’après la présidente de la commission électorale après l’assemblée générale qui va se tenir la semaine prochaine.
C’est à partir de cette confrontation que la commission électorale pourrait ainsi évaluer les nombres des personnes omises dans la liste électorale et de les inscrire de nouveau dans ladite liste. Béatrice Atallah s’étonne, par ailleurs, de la thèse de certaines sources qui affirment que « près de 35 % des électeurs sont omis de la liste ». La commission électorale, pour sa part, n’est pas encore parvenue jusqu’à présent à donner l’effectif des électeurs non-inscrits dans la liste électorale.

Confrontation
La commission électorale a déjà instruit depuis hier les chefs fokontany, selon Béatrice Atallah, afin qu’ils acheminent les carnets de recensement utilisés par les agents recenseurs au niveau des fokontany. Ils devraient être parvenus d’ici ce week-end au centre informatique de chaque district pour procéder à la confrontation avec les fichiers numériques à partir desquels l’actuelle liste électorale a été établie.
Quoi qu’il en soit, la présidente de la commission électorale nationale indépendante a déclaré publiquement hier sa satisfaction sur la tenue du premier tour de l’élection présidentielle. « Les Malgaches ont exprimé le 25 octobre leur foi dans un futur, renouant avec l’égalité des chances, la justice sociale, la fraternité, le pluralisme politique et la démocratie », selon Béatrice Atallah.

Samson

Réagissez- commentez- discutez